Les suprêmes

Présentation de l'éditeur :

Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées : tout le monde les appelle «les Suprêmes», en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. L'intrépide Odette converse avec les fantômes et soigne son cancer à la marijuana sur les conseils avisés de sa défunte mère, tandis que la sage Clarice endure les frasques de son volage époux pour gagner sa part de ciel. Toutes deux ont pris sous leur aile Barbara Jean, éternelle bombe sexuelle que l'existence n'a cessé de meurtrir. Complices dans le bonheur comme dans l'adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines se retrouvent tous les dimanches dans l'un des restaurants de leur petite ville de l'Indiana : entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de poulet frit en élaborant leurs stratégies de survie.

Invitation à une lecture aussi décalée que féconde de la problématique raciale aux Etats-Unis, ce formidable roman de l'amitié et de la résilience s'affirme comme une exemplaire défense et illustration de l'humanisme conçu comme la plus réjouissante des insurrections. 

Un extrait :

 "Ignorante comme je l'étais, je crus ce qu'on disait de moi et grandis persuadée d'être une tête brûlée. Je traçai ma route en ce bas monde comme si j'étais la reine des Amazones." (Page 26)

Mon avis :

Une belle histoire d'amitié entre trois femmes au temps de l'Apartheid aux Etats-Unis. Ces femmes vont se rappeler leur existence, leur amour, leur déception. C'est une lecture très agréable. Trois héroïnes attachantes... J'ai beaucoup aimé cette lecture... 1er roman de cette auteure. Je surveillerais ses prochains livres qui risquent d'être prometteurs.

Ce livre m'a rappelé un peu "la couleur des sentiments". On ne peut pas comparer, mais je pense que si vous avez aimé le film ou le livre, vous ne pouvez qu'aimer.

Ma note :

3 étoiles